Ile d'Alcatraz

En vacances à San Francisco, profitez d’une croisière de plaisance sur l’île d’Alcatraz, une célèbre île forteresse de l’océan Pacifique. Le point.

L’île fédérale d’Alcatraz est passée dans la légende, mais qui se targue de connaître les mystères de son univers carcéral ? Après avoir passé le Quai des Pêcheurs et traversé le pont du Golden Bridge, vous poursuivrez obligatoirement la visite par l’île d’Alcatraz, qui est favorablement située dans la baie de San Francisco. Le nom d’Al Capone résonne dans les mémoires ; des redoutables hors-la-loi y étaient détenus, cherchant plusieurs fois à s’évader sans être venus à bout de la force des courants. Il n’y a pas que les souvenirs des criminels qui charment ici. N’oubliez pas que l’île tient son nom d’alcatraces, terme espagnol pour la troupe de pélicans qui a élu domicile sur la crique. Le passé militaire, la tragédie des prisonniers et le magnifique tableau sauvage ! Ces trois mots définissent correctement la destination. Sans perdre un instant, faites voile sur l’île d’Alcatraz et vivez une expérience émouvante et mémorable lors de votre séjour à San Francisco.

Histoire

Avant l’immigration espagnole, l’île d’Alcatraz ̶ Alcatraz Island en anglais ̶ était habitée par les Peaux-Rouges de la tribu Ohlones. C’est à un explorateur répondant au nom de Juan Manuel de Ayala que l’Espagne doit la conquête de l’île. En 1850, les États-Unis la prirent au Gouvernement mexicain au même titre que la Californie.

De 1859 à 1866 : Citadelle militaire

Pour défendre la baie de San Francisco contre la cupidité des chercheurs d’or, les Américains ont érigé une citadelle autour de l’île. Par la suite, les fortifications ont dû être renforcées dans le cadre des guerres de Sécession. La citadelle pouvait héberger jusqu’à 200 hommes. Un phare servait d’avertisseur lumineux, et pas moins de cent canons étaient postés près de la plage.

De 1868 à 1933 : Prison militaire

Avec le retour de la paix en 1865, toute cette formidable artillerie n’était plus à propos. On évacua les canons, et l’ancienne garnison a été transformée en prison militaire. En 1903, la population carcérale d’Alcatraz était estimée à 441 personnes contre 25 seulement il y a quatre ans passés. L’isolement insulaire, le temps venteux, la mer aux eaux glaciales… L’île d’Alcatraz était un endroit de choix pour détenir les dangereux criminels. La probabilité de réussir une tentative d’évasion tend vers zéro. Même si le forçat prend le risque de nager, il mourra de froid avant d’atteindre l’autre côté de la baie. En 1909, l’île devint officiellement un centre pénitentiaire pour militaires après le départ du corps d’armée.

De 1933 à 1963 : Prison civile hautement sécurisée

À compter de 1933, la gestion de la prison a été confiée aux mains du département de la Justice. Elle a commencé à héberger des civils. Entre-temps, le phénomène de banditisme explosa à San Francisco. Pour rassurer le public, le Bureau fédéral des Etats-Unis durcit les mesures de sécurité. Les forçats ne sont plus autorisés à négocier l’état de leur cellule, ni à faire une réclamation au geôlier ou au chef de prison. La conversation dans les cellules est également défendue. C’est à cette époque que l’île a servi de lieu d’exil aux barons du marché noir et de la criminalité organisée ; le cinéma s’en est fait l’écho, propageant la renommée de l’île d’Alcatraz aux quatre coins du monde.

Au bout de 29 ans de bons et loyaux services, la prison civile d’Alcatraz dut cesser son activité sur une décision de justice prononcée en 1963. Elle s’est actuellement reconvertie en monument historique. Le mot « Alcatraz » ne se réfère pas au fou de Bassan, comme pourrait le laisser croire son sens contemporain, mais au pélican. Le fou de Bassan ne fréquente pas les rives du Pacifique. Cette correction étant dite, l’île d’Alcatraz est également appelée « The Rock » à cause de sa situation perchée sur un éperon de granit.

Aujourd’hui : Une attraction touristique convoitée

Une journée sur l’île d’Alcatraz est excellente pour s’isoler de l’ambiance très animée de San Francisco et explorer les environs. Reconnaissez-le, ce n’est pas tous les jours que vous allez découvrir une île mythique qui se classe parmi les lieux d’exil les plus célèbres de tous les temps. Plus d’un million de visiteurs s’y rendent tous les ans.

Tour de l’île fédérale d’Alcatraz

Vous avez certainement vu des films et des documentaires passionnants tournés sur l’île, mais rien ne vaut un voyage sur le terrain ! Visitez les chambres où ont logé les bandits sans foi ni loi qui ont terrorisé l’Amérique : Alphonse Al Capone, Birdman, Machine Gun Kelly, etc.

Visiter les infrastructures de la prison

Un guide audio conduit les visiteurs à travers les dépendances du complexe : les cellules en béton des forçats, le réfectoire, la salle de lecture, la cour de récréation, le bureau du chef de prison… Les prisonniers se voyaient affecter une matricule dès le premier jour. Ils étaient désignés par leur matricule, la mention du prénom étant interdite. Sans doute une façon de briser leur moral et leur dernier grain d’amour-propre. Les conditions dans lesquelles vivaient les prisonniers étaient tantôt bonnes, tantôt révoltantes, selon la politique judiciaire de l’État. Lorsque les règles étaient plus souples, les prisonniers avaient le droit de regarder la télé une fois par mois et s’accorder une heure de détente musicale dans la journée.

Certaines chambres de prisonniers ont gardé le décor et les mobiliers d’origine : un lit miteux, une toilette et une petite table. Les détenus passaient le plus clair de leur temps dans leurs cellules respectives. Le silence était la règle.

Écouter les témoignages touchants des prisonniers

Le site a conservé des enregistrements audios des occupants de la prison. En écoutant attentivement les témoignages des détenus, l’émotion gagnera les visiteurs. La vie morne et triste dans les cellules, que les heures de récréation dans les beaux jardins victoriens ne parviennent pas à égayer, les desseins d’évasion bien rôdés mais qui finissent par avorter, l’amère frustration de se voir condamnés à moisir sur ce bout de terre isolé, exposé à la violence des vents et à une mer froide et agitée, aucune perspective d’échappatoire…

Vous pourrez également entendre les geôliers de vive voix. Ils vivaient en reclus ici avec leur épouse et leurs enfants. Les propos des geôliers décrivent le régime alimentaire des détenus, leur bain, leur emploi du temps, les scènes de bagarre et de fusillade. Les bagnards étaient choyés avec des aliments riches en gras et en sucre. Ils avaient droit à l’eau chaude. Le but était explicite : la prise de poids, la mollesse, le manque d’activité et la sensibilité au froid ont rendu la fuite encore plus difficile.

Observer les oiseaux

Après avoir inspecté les bâtiments de la prison, vous apprécierez de monter au sommet du phare d’Alcatraz. Ce qui vous attend ? Une vue saisissante sur la ville, le Golden Gate Bridge et la baie de San Francisco ! La côte est investie par une variété extraordinaire d’oiseaux.

Informations pratiques

Droit d’entrée sur l’île

Le droit de visite pour un adulte est de 38 $. Les tarifs ne sont pas les mêmes pour chaque groupe d’âge et pour chaque créneau horaire. La prison propose des visites de jour et de nuit. Quelle que soit la formule choisie, il est conseillé de réserver à l’avance.

Quand y aller ?

L’île est fermée aux visiteurs durant le Nouvel An, le Thanksgiving et le jour de Noël. Hormis ces dates, elle est ouverte 7j/7.

Comment s’y rendre ?

L’île prison d’Alcatraz est à moins de 2 kilomètres du centre-ville de San Francisco. Rendez-vous en taxi à Fisherman’s Wharf, puis marchez jusqu’à Pier 33. C’est le point de ramassage des bateaux qui partent pour Alcatraz. Comptez environ 15 minutes de trajet.

6 photos
Membre de Nomadays
Le réseau de spécialistes locaux

Bonjour

Je suis Remy de "Vacances America". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Prix d'un appel local
+33 9 70 44 02 03