Parc d'État Custer

Perdu dans les Black Hills, le parc d’État de Custer est, avec ses pics de granit, ses vastes plaines herbeuses et son troupeau de bisons, un paradis de l’écotourisme. Guide pratique du parc.

Une parenthèses nature au parc d’État de Custer

Le besoin d’évasion pousse des centaines de citadins vers les sentiers de randonnée de Custer State Park. C’est un territoire bucolique et montagneux, occupé jadis par des tribus de chasseurs amérindiens. C’est le plus grand parc national du Dakota du Sud, qu’un cadre juridique strict a transformé en un corridor d’aires protégées. Et combien peut-on le comprendre, lorsqu’on observe le fameux troupeau de bisons qui paissent librement sur les plaines, au bord des lacs et dans les clairières, alors que, deux siècles auparavant, l’espèce a échappé de justesse à l’extinction ! La majorité des touristes consacrent une journée d’excursion au parc de Custer. Les plus fervents, quant à eux, restent deux jours avec un camping sous le ciel étoilé, tandis que les coyotes et les bisons rôdent autour du bivouac. Que ce soit pour organiser une sortie en famille, passer un week-end en amoureux ou faire une randonnée sportive, le parc d’État de Custer est la bonne adresse.

Pour la petite histoire…

Le parc d’Etat est né en 1919. Les Indiens Peaux-Rouges ont occupé les lieux pendant des générations, notamment les Crow et les Lakota. Au début des années 1910, le gouverneur du Dakota du Sud a procédé à un remembrement des terres tribales. Des animaux ont été introduits, y compris les buffalos d’Amérique qui ont fait l’objet d’un programme de reproduction spécifique dans le souci d’assurer la pérennité de l’espèce.

La décennie 1920 a vu le parc s’agrandir considérablement par empiétement sur les terrains avoisinants. À partir de 1930, de gros chantiers de rénovation étaient à l’ordre du jour. Le site a accueilli des résidences secondaires, des campements et des aires de pique-nique. Les sentiers ont été balisés, des ponts ont été construits, enjambant une suite de lacs artificiels. Le parc concilie les objectifs de durabilité écologique et d’exploitation touristique.

Un festival de biodiversité sauvage

Le parc d’Etat de Custer est un véritable sanctuaire de la vie sauvage. On peut y rencontrer quatre ambassadeurs du règne animal : les buffalos, les chèvres et mouflons des montagnes, les cerfs à queue noire et les wapitis.

A une époque, les buffalos proliféraient par milliers dans les Grandes Plaines, mais il n’en reste plus qu’un petit nombre. Le parc de Custer sert de refuge à ces bêtes massives et hirsutes. Les enfants n’en reviendront pas à la vue des troupeaux de bisons broutant tranquillement dans le pré ou traversant la rue. Chaque troupeau compte entre cent et deux cents membres.

Les chèvres et les mouflons canadiens se plaisent dans les hautes montagnes. Ils sont également très communs dans le parc national des Badlands.

Galopant dans les forêts de pins, les cerfs à queue noire ne passent pas inaperçus. Ils se différencient de leurs cousins à queue blanche par leurs oreilles plus larges. L’antilope est typique des Black Hills.

Les wapitis passent souvent pour être insaisissables. À Custer State Parc, vous aurez plus de chance de les observer !

Ces herbivores partagent le territoire avec des mammifères carnassiers : les lions des neiges, les coyotes et les renards roux. À de rares occasions, on peut photographier les ours noirs.

Il convient de souligner que les animaux sont plus actifs le matin et au crépuscule. Si vous souhaitez les apercevoir, les filmer et les capturer en photo, la visite doit se passer durant ces horaires.

Sélection d’activités touristiques

Venir au Custer State Park, c’est partir à la rencontre des Grandes Plaines, une région sauvage où les bisons règnent sans partage. A vous les joies de la grimpe, de l’escalade libre, de la marche ou du vélo ! Si le sport physique ne vous dit rien, des routes carrossables autorisent un tour en voiture.

La Wildlife Loop Road est l’itinéraire le plus fréquenté. Et pour cause, cette route de 29 kilomètres traverse plusieurs surfaces de pâturage, ce qui en fait un poste d’observation animalière par excellence. C’est là qu’on trouve les derniers bisons d’Amérique.

L’Iron Mountain Road est une route en zigzag comme on les aime, ondoyant entre les lignes de crête des Black Hills. Vous vous enfoncerez dans des gorges étroites ornées de crevasses, vous traverserez des passerelles en bois, vous roulerez à flanc de colline. Cet itinéraire réunit certains des plus beaux panoramas sur le mont Rushmore.

La Needles Highway vaut bien son nom. Des aiguilles de fée jonchent cette route d’une vingtaine de kilomètres. Elle mène à des canyons profonds et à des falaises karstiques. La route n’est pas praticable en hiver.

À 200 km plus loin, le Devil’s Tower vous laissera le souffle coupé, une formation volcanique apparue il y a des milliers d’années. Mais c’est déjà un autre voyage…

Informations pratiques

Horaires et prix d’entrée

Le parc est ouvert à toute heure de la journée, ce qui vous permet de flâner à votre guise. L’accès du parc est payant. Le droit d’entrée est fixé à 20 $ par voiture et 10 $ par moto. Le permis d’entrée est valable pour une semaine.

Meilleur moment pour y aller

En plein été, le parc accueille une affluence de touristes, avec un pic de fréquentation entre juillet et août. La sécheresse estivale donne l’opportunité de voir un grand nombre d’animaux.

Custer State Park se visite également en hiver. Le safari animalier est garanti, mais les gorges ne sont pas accessibles.

Règlements du parc

Il est défendu de nourrir les bisons avec des aliments achetés au marché. Le respect de la chaîne alimentaire est une priorité, sans compter que les bêtes risquent de tomber malades.

Même si les bisons sont plutôt doux et débonnaires, ils peuvent attaquer en cas de menace. Gardez une distance de sécurité. Evitez toute tentative de caresse ou d’attouchement corporel.

Le trafic est important sur les pistes de randonnée. Il arrive des fois qu’un troupeau de buffalos se promène au beau milieu de la route. Les véhicules doivent attendre qu’ils passent. Un conseil : ralentissez votre vitesse de conduite !

Comment s’y rendre ?

Vous pouvez rejoindre le parc d’État de Custer en avion ou en voiture. L’aéroport de Custer State Park a des liaisons aériennes avec Denver, Pierre et Rapid City. Au cas où vous décidez d’y aller en voiture, prenez l’autoroute 16, qui relie le centre-ville de Custer au parc éponyme. Le parc est connecté par route avec Keystone, Hill City et Rapid City.

Dans les environs

Après avoir tenu compagnie aux bisons sauvages, il est temps de dire adieu au parc de Custer. À proximité de là, d’autres attractions valent le détour : le parc national de Wind Cave, la forêt nationale des Black Hills, ou encore le fameux mont Rushmore et ses quatre chefs d’État américains gravés dans le rocher.

Membre de Nomadays
Le réseau de spécialistes locaux

Bonjour

Je suis Remy de "Vacances America". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Prix d'un appel local
+33 9 70 44 02 03