Amarillo

Ville d’arts et de monuments, ville de bouche réputée pour ses restaurants à viande, Amarillo est l’une des destinations les plus visitées du Texas. Une étape agréable sur la route historique 66.

Amarillo, la Rose jaune du Texas, est bien connue en tant que puissance industrielle et nucléaire, mais elle l’est beaucoup moins comme destination de voyage. Si vous êtes un végétarien, veuillez passer votre chemin après l’hommage rendu au Cadillac Ranch, une manifestation de street art monumentale qui jalonne la route 66. Mais si vous aimez la bonne chère, les steaks ou les hamburgers, invitez-vous dans les restaurants gastronomiques de la ville. Annexée par l’État du Texas en 1889, Amarillo a connu une croissance économique spectaculaire avec ses grands ranchs ; des quatre coins de l’Amérique, les éleveurs s’y rendaient pour la traite et l’expédition du bétail. Les spécialités des restaurants locaux témoignent de cette tradition agricole. Excepté cela, des monuments, des musées et un immense canyon émerveilleront les visiteurs. Sans plus tarder, prenez la route d’Amarillo et retrouvez ce que vous attendez d’une expérience authentique au Texas.

Histoire

« Amarillo » est un mot espagnol pour « jaune ». Près de la ville se trouvait le lac Amarillo dont les rivages étaient tâchés de sol ocre. De riches fermiers américains ont exploité le site depuis 1877, quand il était connu sous le nom d’Oneida. Toutefois, c’est à JI Berry que revient l’honneur d’avoir fondé la ville en avril 1887. Il a choisi un terrain irrigué au bord de la voie ferrée qui relie Fort Worth à Denver. La nouvelle ville, d’où les Indiens Querecho ont été bannis, a pris le nom d’Amarillo.

Par voie électorale, Amarillo est devenue le chef-lieu du comté de Potter. L’économie décolla pleinement avec la production de viande à grande échelle, qui pouvait être écoulée sans problème grâce au réseau ferroviaire et au service de fret. Jusqu’en 1918, le commerce de la viande était la principale source de revenu des habitants, complétée par les cultures céréalières (blé, maïs, soja). Ensuite, la découverte du gaz naturel et de l’or noir attira les hommes d’affaires dans la cité. De 1927 jusqu’en 1990, le Gouvernement des États-Unis a implanté sur place la plus grande réserve d’hélium au monde.

Après la dépression économique des années 1930, le tourisme a permis de revitaliser l’économie locale, le développement du réseau routier y aidant. Amarillo devenait une zone de carrefour où se rejoignent les routes fédérales 66, 60, 87 et 287.

Aujourd’hui : de plaque-tournante du commerce de bétail, Amarillo est devenue une station touristique prisée

« Amarillo au cœur des traditions Western », commente le site de l’Office du tourisme des États-Unis. Quoiqu’un peu flatteur, ce message marketing rend justice à l’atmosphère de la Rose Jaune du Texas, cette grande ville de 199 000 habitants, nichée dans les hautes plaines du Liano Estacado, connue pour sa riche et savoureuse cuisine axée sur la viande. Une ville de plus en plus moderne, mais qui ne réussit pas à faire le deuil des cow-boys et des matchs de rodéo.

Au cours du xixe siècle, l’économie se concentrait purement sur l’industrie bovine. Il suffit de voir les ranchs d’élevage, les abattoirs, les chambres froides destinées au conditionnement et au stockage des viandes. Aujourd’hui, les activités locales se sont diversifiées. Si la production d’hélium a diminué, le pétrole, le gaz, l’hélicoptère et l’énergie éolienne restent des ressources stratégiques. Pantex, la principale société de démontage et de maintenance des armes nucléaires aux États-Unis, absorbe une part importante de la main-d’œuvre. Mais toujours est-il que le secteur des services est le premier pourvoyeur d’emploi, surtout avec la montée triomphale du tourisme.

Voyage gourmand dans les restaurants d’Amarillo

Commander des plats de viande est l’un des incontournables à faire lors d’un road trip à Amarillo. Steaks, côtelettes d’agneau, filet de porc rôti, grillade de poulet ou jambon, la déclinaison des plats authentiques semble infinie sur les cartes des restaurants. Les bars, les salons de café et les brasseries sont de bonne tenue.

Difficile de manquer le Big Texan Steak Ranch, une adresse mondialement célèbre située au bord de l’autoroute I-40. En plus d’être un bar à hamburger, la maison lance un concours culinaire : manger un steak de 2 kilos en une heure. L’heureux gagnant sera dispensé de payer. Le perdant devra régler la somme de 72 $. Vous êtes partant ? Si vous jugez que votre estomac est trop petit pour relever le défi, allez-y juste pour le fun. Les touristes aiment se faire photographier à côté du Big Steak qui trône à l’entrée du motel.

Lieux d’intérêt incontournables

Le Cadillac Ranch

Chapeau pour cette ingénieuse exposition d’art urbain ! Concrètement, le Cadillac Ranch consiste en une suite de dix caddies à demi plantées dans le sol et aux ailes arrière émergées. Il retrace les évolutions de la deuxième marque de voiture américaine entre 1949 et 1963. En parcourant la Mother Road, les routards ont coutume de s’arrêter sur les voitures et de les taguer au passage. À force d’être zébrés de graffitis, les Cadillacs sont presque méconnaissables. Mais la coutume a le vent en poupe, et tous les touristes sont tenus de s’y conformer.

Le canyon de Palo Duro

Besoin de fuir la foule et de recharger vos batteries ? Embarquez pour le canyon de Palo Duro, un dédale de gorges interminable agrémenté de formations rocheuses à dévorer des yeux. Il est, derrière le Grand Canyon de l’Arizona, le deuxième canyon des États-Unis par sa dimension. Descendre le canyon, chasser les oiseaux en photo, faire une séance d’équitation dans les forêts de mesquite et de genévriers, ou observer les étoiles dans la clarté du ciel nocturne… Vous n’aurez que l’embarras du choix. Un magnifique parc à 40 km à peine de la ville.

Le Kwahadi Kiva Indian Museum

Amateurs de culture, vous ne serez pas déçus de visiter le musée kwahadi des Indiens Kiva. C’est tout le patrimoine tribal des Pueblos dans toute sa splendeur qui s’y laisse découvrir, avec ses chants, ses tissus aux couleurs vives et ses bijoux faits main. Les Kwahadi Dancers se produisent souvent sur la scène. A titre d’information, les Pueblos colonisaient autrefois les hautes plaines du Texas avant d’être chassés par les Mexicains.

Le musée d’art d’Amarillo

Arrêtez-vous dans ce musée si l’envie vous prend de découvrir des compositions d’arts visuels de l’époque contemporaine. Sa collection permanente comprend pas moins de 1 800 pièces : tableaux de maîtres texans, photographies américaines, estampes, gravures, lithographies signées par des artistes d’Oklahoma, sculptures en bronze et sur bois, etc. Vous y reconnaîtrez quelques œuvres célèbres de l’école française, allemande et italienne.

Le zoo d’Amarillo

Etabli dans le parc Thompson, à moins de 5 minutes du centre-ville, le zoo d’Amarillo est un lieu de récréation populaire pour les familles. Plus de 70 espèces animales issues des quatre coins de la planète résident dans le parc, allant des plus communes comme le renard roux ou le bison aux espèces menacées comme le tigre du Bengale. Différents programmes éducatifs invitent à découvrir les singularités de la vie animale.

Informations pratiques

Quand y aller ?

Amarillo est malheureusement connue pour son climat traître. Grêles, sècheresses et tornades dévastatrices accablent l’agriculture sans épargner le tourisme. Pour visiter Amarillo avec la bénédiction de la météo, veuillez fixer votre départ au printemps, soit de mars à avril. Sinon, l’été, avec ses fortes chaleurs mais un ciel parfaitement clair, est aussi une option. De mai à août, la ville ne connaît que 6 jours de pluie.

Comment s’y rendre ?

Avec le développement des voies de communication, se rendre à Amarillo n’a jamais été aussi facile. L’aéroport international Rick Husband Amarillo se trouve à moins de 16 km du centre-ville. Il relie Amarillo aux autres destinations majeures de l’Amérique : Dallas, Denver, Phoenix, Austin et Las Vegas. Il n’y a pas de vol direct depuis la France.

Pour rejoindre votre hôtel ou votre auberge de jeunesse, il suffit d’emprunter la navette ou le bus public géré par la compagnie Amarillo City Transit. Sinon, les taxis pourront vous déposer au centre-ville en moins de 20 minutes. Si le confort est votre priorité, les six compagnies de transport en face de l’aérodrome répondront à vos besoins. Les voitures sont louées à raison de 35 $ par jour en moyenne.

Vous aimerez…

- Voir les marques automobiles exposées au Cadillac Ranch ;

- Participer au concours de steak géant de Big Texan Ranch ;

- Nager dans la jolie piscine en forme du Texas ;

- Faire un tour d’équitation dans le canyon de Paolo Dauro ;

- Vous perdre à loisir dans les boutiques d’antiquité ;

- Admirer la riche collection du musée d’art d’Amarillo ;

- Dîner dans les restaurants au décor de Western.

5 photos
Membre de Nomadays
Le réseau de spécialistes locaux

Bonjour

Je suis Remy de "Vacances America". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Prix d'un appel local
+33 9 70 44 02 03